Le ski : pourquoi?

Posté dans Culture, Arts & Voyages
le 13 mars 2012

Ceci est une vraie question, dans le but d’ouvrir un débat de fond et de trouver des solutions durables, pour l’avenir de la France (pardonnez-moi, la campagne présidentielle me tape un peu sur le système). Non en vrai, c’est une question débile, je sais à quoi sert le ski, à part se casser la jambe. Mais bon perso, j’ai du mal à tirer plaisir de cette activité. Le fait que je revienne d’un week-end au ski et que les courbatures persistent au bout de trois jours influe peut-être légèrement sur mon jugement…

Pour que vous compreniez, une remise en contexte s’impose. Il y a 24 ans, la petite Feflozz (c’est moi) pointe son nez un jour de neige, au beau milieu d’une ville entourée de belles montagnes. On aurait pu croire que les fées Salomon et Dynastar se pencheraient sur mon berceau : que nenni. Moi quand j’étais petite, on m’a foutue dans une bouée en pleine Méditerranée à l’âge de deux ans mais jamais sur des skis. Le ski, c’était une activité scolaire obligatoire que j’ai commencé vers 9 ans. A raison de 5 ou 6 sorties de ski par an, c’était sur que j’allais pas devenir Luc Alphand. En plus au début, on te fait commencer par le ski de fond. Le ski de fond, le truc que je comprends encore moins. Heureusement au CM2, on te fait découvrir le ski de piste et le tire-fesse, c’est déjà un peu plus marrant. Mais bon quand t’es comme moi dans le groupe des ultra-nuls qui ont même pas leur première étoile, les pistes ne sont pas très pentues et en plus, on te fait skier sans bâton. Je garde pas un mauvais souvenir de ces sorties mais on peut pas dire que j’y ai appris grand chose non plus.

J’admets que c’est joli

14 ans plus tard, par un concours de circonstances hasardeux, je me retrouve à skier à nouveau. Sachant que j’ai oublié toutes les bases, je me prends boîte sur boîte (« Allez vas-y, tourne…tourne! MAIS TOURNE BORDEL! » *schplaf*), je souffre, je boude sur le bord de la piste (et j’en profite pour twitter mais personne ne daigne venir me sauver, vraiment sympa). Mais comme il faut amortir le forfait, je persévère et je progresse quand même un peu, j’arrive à prendre le tire-fesse et à m’en débarrasser sans m’effondrer sur moi-même. Au bout de deux heures, je sens plus mes genoux, les pistes vont fermer, il faut redescendre tout en bas de la station. Prendre le télésiège serait bien trop facile, je me laisse convaincre de descendre en ski. Je suis vraiment con des fois. Il aura fallu une demi-heure pour descendre, les derniers 400m de la piste sont composés d’une neige toute molle, de la vraie soupe. Je descends le plus vite possible (parce que les pisteurs nous suivent, ça me fout la pression), me concentrant sur deux objectifs : ne pas tomber et survivre. Sans rire, je crois que j’aurais pas survécu à une énième chute (quelle drama queen). Arrivée en bas, mon corps pleure, le retour au magasin de location de skis est douloureux, j’ai des crampes aux pieds et je veux ma maman.

Chute n°15 – Je garde le sourire (forcé)

Bilan de cette journée : j’ai mal, je n’ai pas tellement aimé tomber une bonne dizaine de fois et je pue. Je ne suis pas retournée skier le lendemain, j’avais vraiment mal de partout. Sérieusement, si on établi un comparatif ski/plage, qui gagne?

Neige froide contre sable chaud : le sable, forcément
Gros équipement qui coûte une blinde contre petit maillot de bain, tongs et serviette : 2-0 pour la plage
Difficulté de l’apprentissage du ski VS difficulté de l’apprentissage de la nage : dans l’eau, suffit de remuer un peu les pieds et paf, tu flottes. 3-0
Niveau de courbatures et de fatigue : va choper des courbatures en alternant baignade et bronzette… 4-0
Coups de soleil : petit avantage pour le ski où tu ne prends des coups de soleil que sur le visage (histoire d’avoir l’air un peu con et rouge) 4-1
Sensations fortes : le ski gagne, indéniablement 4-2
Beauté des paysages : pour le coup, je dis égalité parce que je suis gentille (mais moi je préfère la mer)

And the winner is…la plage, forcément! Vous avez le droit de dire que je suis pas du tout objective, vous auriez complètement raison. Mais en grande flemmarde qui n’est jamais très enjouée à l’idée de faire du sport, je maintiens : le ski c’est compliqué, ça demande trop de matos et c’est cher (et encore, on n’était pas dans une super station hyper hype et branchée). Vive la mer, vive le soleil, vive les tongs. Merci.

Et comme me l’a fait judicieusement remarquer Pergamina, la neige c’est bien mais plutôt pour se rouler dedans avec des bébés pandas roux tout fluffy ♥


Rendez-vous sur Hellocoton !

Rendez-vous sur Hellocoton !

1 Comment

  • Reply mamanblog

    I like ta veste de ski ;-) Je vais t’appeler J.C D maintenant !
    Bises

    13 mars 2012 at 9:53
  • Laisser un mot doux

    Vous aimerez peut-être

    %d blogueurs aiment cette page :